Histoire

Quand, pourquoi et comment est né le Football Club Phénix de Versailles ?

Un long processus

Novembre 2016, outrés par les réactions (souvent hostiles) aux ouvertures des centre d’hébergement d’urgence de Rocquencourt et Louveciennes à destination des personnes réfugiées en demande d’asile, des habitants de la région (Versailles, Le Chesnay, Marly-Le-Roi, Louveciennes…) s’organisent et créent un collectif appelé “Voisins Solidaires 78” autour du centre de Rocquencourt. Dénonçant « les conditions d’accueil et l’absence de suivi et d’animations », ce collectif mène des actions auprès des réfugiés, notamment trois distributions de nourriture par semaine, des sorties culturelles et sportives, du suivi administratif. Les réfugiés sont exclusivement des hommes majeurs, âgés de 18 à 57 ans.

Février 2017, le centre de Rocquencourt ferme. Beaucoup de réfugiés sont relogés à Versailles, au centre des Mortemets. Une partie des bénévoles les suivent et créent un second collectif, complémentaire du premier  “Voisins Solidaires 78 Versailles-Mortemets”.

Naissance du club

Ce nouveau collectif poursuit les activités à Versailles, et décide de créer un club de foot pour répondre à la demande de certains. Un nom est trouvé “Football Club Phénix de Versailles”, Phénix pour reprendre le symbole de la renaissance connu dans de nombreuses civilisations à travers le monde.

Mars 2017, les inscriptions commencent, 50 parmi la centaine de jeunes présents à Versailles se disent intéressés, énorme succès et grosses attentes.

Le premier entraînement, avec ateliers de découverte et tests de niveaux a lieu le 18 mars 2017, suivi d’un mini-tournoi.

Une charte en 5 langues est proposée aux postulants, insistant sur l’aspect bénévole de l’encadrement et sur l’envie d’impliquer les joueurs dans la vie et le développement du club.

« Beaucoup de sourires et de cris de joie. Un vrai brassage de nationalités, de styles et de niveaux pour un bon moment partagé à 45 », écrit-on à l’époque sur notre page Facebook, destinée à trouver de nouveaux bénévoles et organiser des rencontres avec d’autres équipes.

Maturité et premières épreuves

Au bout de 4 entraînements, le club compte un noyau dur d’environ 25 garçons, essentiellement des Afghans et des Soudanais.

Les premières rencontres ont lieu en mai 2017, avec des clubs de foot (Versailles Football Club et Association Sportive de Versailles Jussieu) et des associations sportives.  Une cagnotte en ligne est lancée (elle récoltera 300 €) pour aider les joueurs à s’équiper et acheter du matériel (ballons, chasubles,…).

Les entraînements et les matchs se poursuivent, les gars et les bénévoles sont contents : tous vivent des moments de partage et de fraternité, y compris avec des jeunes versaillais de passage lors de nos entraînements qui n’hésitent pas à se joindre à nous.

Hélas déjà arrivent les premiers transferts : beaucoup de nos joueurs sont renvoyés en Italie, en Allemagne ou en Suède. D’autres préfèrent fuir avant d’être contraints à retourner dans un pays qu’ils ne veulent plus connaître. Et beaucoup sont envoyés en province, dans des centres d’hébergement. Lire notamment Pas de répit pendant l’été…

Novembre 2017, au bout de plus de 30 entraînements, nous fêtons notre centième inscrit (à lire ici), le club est toujours aussi actif, avec une équipe de bénévoles renforcée et seulement 4 “rescapés” parmi les joueurs déjà présents en mars 2017.

Mars 2018, déjà un an !  Toujours autant de succès, de nouveaux bénévoles, des contacts presse, des clubs qui se forment en suivant notre exemple et avec qui nous partageons notre expérience, des envies de tournois, et déjà plusieurs gars qui ont réussi à intégrer des clubs de la FFF.

Mai 2018, le collectif devient une association Les Voisins Solidaires de Versailles, enregistrée à la Préfecture des Yvelines et reconnue par la mairie de Versailles.

L’enthousiasme et la motivation sont toujours là, signes de fraternité et d’humanité.