Clap sur la 200e

Déjà 200 ? Depuis le premier entraînement le 18 mars 2017, rares ont été les week-ends sans retrouvailles pour les footballeurs du Phénix : seules quelques absences dues aux vacances ou aux caprices de la météo les ont empêchés de chausser les crampons, sans compter bien sûr la frustrante période de confinement Covid 19. Semaine après semaine, le compteur a donc continué à faire défiler les chiffres pour atteindre dimanche 13 février 2022 le cap du 200e rassemblement organisé par Isabelle, Raphaël et Pascal, les bénévoles des Voisins solidaires de Versailles. Un moment important, qui témoigne de la motivation et de la fidélité de tous, encadrants et joueurs, dont plus de 250 ont fait partie du club depuis sa naissance. Actuellement, près de trente footballeurs rejoignent le stade de Jussieu chaque dimanche.

Ismail (au centre), le grand vainqueur du concours de tirs au but

Ce 200e épisode a bien sûr été fêté comme il se doit, sur les mêmes principes que le 100e : un revigorant concours de tirs au but, souvent très drôle, ponctué de rires, de lazzis, de chambrages et d’applaudissements admiratifs. Après de nombreux tours disputés par 25 joueurs, le gagnant s’est vu remettre un beau sac contenant tout l’équipement du sportif, y compris corde à sauter, barres de céréales et boisson énergétique ! Il s’agit d’Ismail, excellent footballeur à la justesse de jeu et à la précision de tir remarquables.

Bravo à lui et bravo à tous, en route vers le 300e !

Le Phénix à Montbauron

Cette séance joyeuse fut précédée quelques semaines auparavant par une autre belle journée vécue par les joueurs du Phénix : le match Versailles – La Roche Vendée en 16e de finale de la Coupe de France. Le 2 janvier, la mairie et le Football Club de Versailles nous avaient invités à venir assister à la rencontre dans un stade de Montbauron bouillonnant. Une belle victoire (4-0) et des buts mémorables avaient couronné cet après-midi et Versailles pouvait poursuivre son incroyable épopée en Coupe de France.

Encore un but pour Versailles

Certains joueurs du Phénix étaient d’ailleurs présents sur la place du Marché le 9 février pour assister au quart de finale contre Bergerac, retransmis sur écran géant. Comme Ismail, les joueurs yvelinois ont gagné aux tirs au but, provoquant l’euphorie indescriptible du millier de spectateurs présents sur la place. Et si le Phénix invitait les footballeurs du FCV pour un nouveau concours lors de son 300e entrainement ? 😊

Effervescence place du Marché

Le Parc des Princesses

Tous les observateurs le disent : le football féminin est souvent plus agréable à regarder que le masculin. Moins d’engagement physique, de duels et de coups, moins de râleries : il apparaît plus léger, tourné d’abord vers l’expression technique et les choix tactiques. Les joueurs du Phénix ont pu le constater le 9 novembre 2021 au Parc de Princes, lors du match PSG-Real. Après le PSG-Chelsea de mars 2019, le PSG proposait à notre équipe d’assister à une nouvelle rencontre de Ligue des Champions version femmes. Une affiche prestigieuse qui a tenu ses promesses, au moins du côté parisien, après un aller où les footballeuses de la capitale avaient déjà gagné 2-0 à Madrid. Devant 18 000 spectateurs, les joueuses de l’entraîneur Didier Ollé-Nicolle ont littéralement surclassé leurs adversaires avec un score sans appel de 4-0, grâce à un doublé de Marie-Antoinette Katoto, un but de Sara Däbritz, et un contre-son-camp adverse.

De très belles combinaisons, une technique plus fluide et une volonté offensive jamais démentie n’ont laissé aucune chance à des Madrilènes timides et vite dépassées, collectivement très limitées.

Accompagnés par Fantine Besson, fille de Raphaël, l’un des deux coaches du club, et par Pascal Mouneyres, les seize joueurs du Phénix ont donc assisté, ravis, à une rencontre enlevée et très plaisante, même si tout suspense fut vite gommé de la rencontre. Un certain nombre d’entre eux pénétraient pour la première fois dans un grand stade et ont été subjugués par l’ambiance à la fois bon enfant et survoltée, où l’on notait la présence d’un public jeune et féminin. 

Une super soirée qui confirme que le PSG est une des places fortes du football féminin en Europe et donne envie de suivre de près l’aventure européenne de cette belle équipe.

Avec le Phénix, Gaza joue l’offensive

Les joueurs du Phénix avec leurs invités palestiniens

Eux aussi viennent de loin, ont quitté (pour un temps) des conditions de vie dramatiques et aiment le football. Dimanche 24 octobre 2021, trois Palestiniens de Gaza ont rendu visite aux joueurs du Phénix pour une rencontre à haute portée symbolique. Le réalisateur Iyad Alasttal, le footballeur amputé Naji Naji et le responsable sportif Fouad Abou Ghalion sont venus à Versailles présenter un documentaire consacré à l’équipe de football pour handicapés de Gaza, tourné par le premier nommé. Gaza balle au pied raconte les préparations et la tournée en France (en 2019) de ce club pour y disputer plusieurs matchs amicaux contre l’équipe nationale des handicapés. Un film au final joyeux soulignant la résilience de ces jeunes gens qui ont décidé de rester offensifs pour surmonter le sort contraire qui a bouleversé leur vie. Leur équipe est devenue dans l’enclave palestinienne un symbole de courage.

De gauche à droite, le responsable sportif Fouad Abou Ghalion, le réalisateur Iyad Alasttal et le footballeur Naji Naji, lors de la soirée organisée par l’AFPS

Dans une rencontre pleine de retenue mais à forte teneur émotionnelle, les jeunes exilés afghans, soudanais, guinéens ou péruviens du Phénix ont approché d’autres résistants, et découvert les rudiments du football pour handicapés. C’est Naji Naji, robuste défenseur de l’équipe de Gaza, qui a donné le coup d’envoi de l’entraînement.

Naji Naji donne le coup d’envoi

Les trois Gazaouis ont par la suite pris la direction de la salle de l’Ermitage pour une soirée publique organisée par le groupe local versaillais de l’association France Palestine Solidarité (AFPS). Avant leur retour dans la bande de Gaza, Versailles constituait la dernière étape d’une tournée de 28 villes françaises où le film fut projeté, avec de nombreux débats à la clé.

L’affiche de la tournée

La rencontre avec le Phénix a donné lieu à la publication deux articles : dans le Parisien, ici et dans l’hebdomadaire Toutes les Nouvelles, ci-dessous. 

ENTR au Phénix !

En cette fin août 2021, des journalistes d’ENTR sont venus filmer et interviewer les joueurs du Phénix pour les écouter parler de leur rapport au football et de la place qu’occupe le club dans leur vie.
ENTR est un nouveau média social 100% vidéo, issu de France Médias Monde (France 24, RFI, MCD) à vocation européenne qui promeut les initiatives à destination de la jeunesse.
Un excellent reportage sur le sport et l’inclusion, le football et le lien social, visible ici.

Connexion Cameroun

Dorette Elangué avec ses amies.

C’était un temps où l’on pouvait se rassembler pour échanger (des passes), partager (des une-deux, des tactiques communes) et se retrouver (en bonne position de marquer). C’était le 7 mars 2020, un jour où l’on pouvait encore être ensemble, une semaine et demie avant le confinement du Covid-19. Ce samedi-là, le Phénix était l’invité d’un tournoi de football féminin, organisé à Louveciennes “contre les inégalités et la discrimination”, dans le cadre de la Journée internationale des femmes. L’adresse du terrain était en elle-même une invitation (une incitation !) à jouer au football : “Stade du Cœur Volant, allée de la Tour du Jongleur”. Réunissant notamment une sélection des Yvelines et des équipes de Cergy ou de Beynes, le tournoi était doté d’une forte identité africaine, car placé sous l’égide de l’Association Des Anciennes Lionnes Indomptables du Cameroun. L’ADALIC a été créée en 2018 après le jubilé de sa fondatrice, Dorette Elangué, ancienne internationale et professionnelle de Marseille, Paris Saint-Germain et Montigny-le-Bretonneux. “Avec l’ADALIC, j’ai voulu créer une plateforme d’échange d’informations, afin d’accompagner les jeunes joueuses et les sœurs venues en Europe, raconte-t-elle. Nous leur donnons des conseils et les orientons vers les bons clubs”, poursuit celle qui a aussi entrainé Poissy. L’ADALIC est liée à l’Association des Footballeuses Camerounaises de la Diaspora, qui présentait aussi une équipe à Louveciennes.

Échauffement sous les arcades

Pas de tournoi féminin, bien sûr, pour le Phénix. “J’avais entendu parler de votre équipe, je voulais vous rencontrer et vous faire participer à notre fête d’une façon ou d’une autre“, précise Dorette.  Nos joueurs versaillais (et de la région parisienne, pour certains) ont donc disputé un “match de gala” contre une sélection d’anciens internationaux du Cameroun, qui se sont déplacés pour l’occasion. Parmi ces ex-Lions, on notait la présence d’Emmanuel Mabotang, qui a disputé les Coupes du monde 1990 et 1994 et joué en club au Portugal; Constantin Etot (ancien joueur d’Istres, Aubervilliers, Besançon, Espagne, deux sélections) et Paul Bebey Kingé (6 sélections et ancien professionnel en Tunisie).

Les anciens Lions Indomptables, avec quelques recrues versaillaises, prêts à sortir les griffes
Un entraînement de pros…
… pendant que le Phénix prend la pose 🙂

Une opposition de haut niveau que le Phénix a contribué à… renforcer puisque l’effectif des Lions, en provenance de Paris, n’étant pas au complet, certains de joueurs ont changé de vestiaire et revêtu le maillot jaune de l’équipe des pros. Nos footballeurs avaient de toute façon répondu nombreux à l’invitation puisque 23 joueurs s’étaient déplacés, de quoi, comme lors du précédent match à Bobigny, former deux équipes !

Un match enlevé et indécis jusqu’au bout.

Grâce à ce mélange de générations et ce panachage d’expérience et de fougue, les jaunes firent jeu égal avec l’équipe des réfugiés de Versailles, qui continuent à trouver leurs marques dans les oppositions à 11. Un match enlevé et dynamique qui se solda par un match nul 2-2, avec deux buts du milieu de terrain Bakary (dont un penalty suite à une belle envolée d’Alghassimou irrégulièrement stoppée par le gardien adverse). Par esprit de jeu et pour prolonger le plaisir, il fut décidé qu’une séance de tir au but départagerait les deux formations. Les Lions indomptables s’y révélèrent… redoutables, et les lionceaux du Phénix… un peu tendres.

Le gardien est bien parti, le ballon beaucoup moins… 🙂

Qu’importe, cet après-midi à l’ombre des arcades de l’aqueduc de Louveciennes fut vécu comme un moment d’accalmie et de fraternité avant l’orage qui s’annonçait et allait tous nous tenir éloignés les uns des autres. Un merci long comme le palmarès de Roger Milla à Dorette Elangué et à ses ami(e)s pour la générosité de leur accueil et leur bonne humeur communicative. A noter que le Phénix retrouvait pour l’après-midi, Adel, un des ses plus anciens joueurs, résidant aujourd’hui à Marseille.

Adel… de Marseille, la mémoire vive du Phéinx

Aux dernières nouvelles, tous les joueurs du Phénix se portent bien.
Mais ils  trépignent d’impatience à l’idée de retrouver le bruit mat du ballon qui rebondit sur la barre, la poussière des terrains stabilisés sur les tibias et les tirages de maillots pendant les corners. Puisse la pandémie ne pas jouer les prolongations…

Au bout du suspense à Montbauron

Lorsque fut sifflée la fin du match, les spectateurs de Montbauron n’eurent d’yeux que pour son maillot orange fluo. Laissé seul par ses coéquipiers au milieu du terrain, effondré comme après un plongeon dont il ne pouvait plus se relever, Nicolas Caraux, le goal de Versailles, portait sur ses épaules tous les malheurs du monde. Dans ces quelques instants d’hébétude, il semblait déjà revivre cette scène qui allait le hanter pendant les heures à venir. Alors que son équipe était menée 2 à 1, le gardien de but avait eu l’occasion d’égaliser à la dernière minute, en montant sur l’ultime corner jusqu’à la surface de réparation adverse. Mais sa reprise fut contrée, il reçut un coup dans les tibias et réclama à grands cris un penalty, en vain. Celui qui aurait pu être le héros miraculeux de ce 4 janvier 2020 semblait maintenant prêt à disparaitre sous terre. Dénouement tragi-comique pour ces dernières minutes un peu folles de cette rencontre des 32e de finale de Coupe de France opposant les bleus versaillais aux blancs de l’US Granville. Un match qui restera gravé dans les mémoires des joueurs du Phénix, venus autant supporter l’équipe de leur ville d’accueil que découvrir les qualités techniques de footballeurs de très bon niveau.

Bénéficiant de 25 places offertes par la mairie et la direction des sports (merci !), la plupart des garçons découvraient pour l’occasion, avec étonnement, le terrain de Montbauron. Un stade situé en centre-ville, sur les hauteurs d’une butte mais soustrait aux regards : une des particularités de la cité royale. Une température plutôt clémente, une tribune centrale pleine, une ambiance à la fois familiale et débridée, mais jamais agressive pour l’adversaire malgré l’enjeu, les conditions se sont avérées idéales pour les membres du Phénix. Entre le club local de National 3 (premier de sa poule) et des adversaires bien placés en National 2, le match tint agréablement ses promesses. Alerte, tendu, il ménagea plusieurs coups de théâtre, comme les buts inscrits par les visiteurs (une contre-attaque fulgurante et un défenseur yvelinois qui se « troue » sur une attaque anodine). Versailles, qui eût la maîtrise du jeu mais a buté sur une défense intraitable, sort avec les honneurs.

Notons que le groupe du Phénix comptait dans ses rangs deux dissidents en la personne de Sadik, ancien des Mortemets transféré à Gaillon dans l’Eure, et ne cachant pas, clin d’œil et sourire à l’appui, une légère préférence… pour les Normands, et Capucine, une de nos chères accompagnatrices, dont la famille est justement originaire de cette petite ville située dans la baie du Mont St-Michel. Qu’importe, le Phénix accueille tout le monde ! Débutée avec un entrainement sur le terrain de Jussieu, la journée fut joyeuse et festive, malgré l’élimination du FCV. Une défaite d’autant plus piquante que le tirage au sort du tour suivant désigna l’Olympique de Marseille comme opposant à Granville. Versailles-OM, cela aurait eu de l’allure… et auguré d’un sacré moment pour les joueurs du Phénix. «Pas grave, une prochaine fois» – une expression que l’on entend, assez régulièrement, chez les demandeurs d’asile.


Le Phénix en tournoi solidaire

L’équipe du Phénix a participé samedi 13 juillet à un tournoi qui s’est déroulé au stade Sans-Souci à Versailles. Une vingtaine de nos joueurs ont répondu à l’invitation de l’association Vidéorama et de son équipe des Pirates de Corbeil, avec qui le staff du Phénix a co-organisé la journée. L’idée d’organiser un tournoi solidaire, où une participation modique était demandée à tous les joueurs autres que ceux du Phénix, a reçu un excellent accueil. Les fonds récoltés ont été entièrement reversés à notre équipe et à notre association des Voisins solidaires de Versailles . Ils ont permis de couvrir les frais d’organisation et de dégager des bénéfices qui serviront à l’achat d’équipements.

Six équipes à 7 se sont donc rencontrées sur le terrain synthétique de Sans-Souci. Outre les Pirates, Corbeil était aussi représentée par les West Indies, Paris par les Bled Foot, Versailles par une équipe d’amis que connaissent bien nos joueurs pour régulièrement la côtoyer le samedi matin.

Le Phénix présentait deux équipes, chacune répartie dans une des deux poules de 3 créées pour l’occasion. Des matches de haute volée technique, où le Phénix n’a pu sortir des poules – mais il s’en est fallu d’un but encaissé à la dernière minute du dernier match qu’une de nos équipes n’atteigne les demi-finales. Bravo à Bled foot pour sa victoire (en finale contre les Pirates) dans un tournoi disputé dans un bel esprit. Merci à Téféri Lamare pour son idée originelle, à Nathalie, Isabelle, Capucine et Victor pour leur aide prépondérante à l’organisation

L’été en pente douce

Pas de vacances pour les joueurs du Phénix, très sollicités depuis le début de l’été. Dimanche 1er juillet, ils ont organisé un tournoi sur le terrain versaillais de Sans-Souci. L’équipe d’Achères et deux team de la Chapelle étaient également invitées. Constituée depuis quelques semaines par les résidents du Prahda local, Achères compte parmi ses membres des réfugiés qui ont logé en 2017 aux Mortemets, avant d’être transférés… et de revenir chaque samedi matin à Versailles s’entrainer avec leurs amis. Ce qui ne les empêche pas de suivre les deux séances hebdomadaires organisées par des bénévoles près de leur centre d’accueil. Le tournoi constituait leur première sortie officielle. Les footballeurs de la Chapelle sont eux aussi de «vieilles» connaissances pour le Phénix, qui les a rencontrées au stade de Jussieu en avril dernier. Le groupe parisien, formé de réfugiés logés dans plusieurs centres de la capitale et de ses alentours, s’est depuis étoffé. Vingt-deux de ses joueurs s’étaient déplacés jusqu’à Versailles.

Quatre équipes, six matches, l’après-midi fut chargé, mais l’ambiance demeura estivale et décontractée. Une coupe était prévue pour les vainqueurs de ce mini-championnat, mais au final ne fut pas distribuée : le Phénix et l’équipe 1 de la Chapelle réussirent l’exploit de terminer en tête avec le même nombre de points et le même nombre de buts, après s’être neutralisés en ouverture (2-2). Une «finale» est vivement attendue d’ici la fin de l’été pour départager les deux team.


Quatre jours plus tard, le Phénix était l’invité de l’École allemande internationale de Saint-Cloud. Une connexion permise depuis quelques mois par Elisabeth Hoberg-Dufaut, membre des Voisins Solidaires de Versailles et ancienne professeure d’allemand. C’est notamment par son entremise qu’Eckhard Aits, professeur de sports, vient régulièrement s’entrainer en compagnie de quelques-uns de ses élèves le samedi matin à Versailles avec le Phénix. La rencontre s’est déroulée sur un terrain en herbe (celui du Parc de Montretout), une première pour nos joueurs.  Une vingtaine d’étudiants, filles et garçons,  se sont relayés dans une ambiance détendue qui fleurait bon, en cet avant-dernier jour de cours, les vacances approchantes. «Nous avons été impressionnés par la cordialité et l’ouverture des jeunes hommes», disaient-ils après la rencontre, propos relayés sur la page Facebook de l’école.


Un après-match qui restera lui aussi marquant pour les footballeurs du Phénix : ceux-ci ont eu l’heureuse surprise de se voir offrir des équipements sportifs. Un bon esprit qui va se perpétuer à la rentrée avec des projets collaboratifs, notamment horticoles, déjà ébauchés. Comme quoi un terrain de foot est aussi un jardin idéal pour semer les graines du savoir et de la solidarité.

 

 

 

Ali S. : “Xavi, mon modèle”.

Ali (à gauche), à l’entrainement avec le Phénix

Cette interview d’Ali S. inaugure notre collection de témoignages qui s’enrichira au fil des semaines.


A droite, avec son cousin Annour

“Des sacs, des cailloux, des habits… Quand j’étais enfant nous fabriquions mes amis et moi des poteaux avec ce qui nous tombait sous la main. On jouait dans une ruelle, à côté de la grande route qui traverse le Troisième arrondissement, ce quartier de Bangui, la capitale de Centrafrique, où j’ai grandi.


Le quartier du 3ème arrondissement

En primaire, nous allions à l’école de 6h à 12h ; l’après-midi nous avions donc tout le temps de penser au football. Un jour, quand j’étais adolescent, un des entraîneurs du FC Koudoukou est venu nous voir jouer.

Résultat de recherche d'images pour "bangui"


Deux vues de Bangui

Il m’a repéré et proposé de venir m’inscrire au club. Mais la saison était déjà commencée depuis longtemps, je ne pouvais pas intégrer l’équipe 1. L’année suivante, j’ai fait partie du groupe des 23 joueurs, mais j’ai surtout joué des matches amicaux. Pour le championnat, j’étais souvent sur le banc. Le poste que je préfère, c’est n° 6, milieu axial et récupérateur. Mais en 2013, j’ai dû fuir mon pays à cause de la guerre entre les milices de la Seleka (musulmans) et celles des anti-balaka (chrétiens). J’étais alors en danger de mort. Jusqu’au printemps 2017 et le moment où j’ai rejoué avec le Phénix de Versailles, je n’ai plus touché un ballon. Pendant cette longue période, je pense avoir perdu un peu de ma technique et de ma condition physique. J’ai commencé à retrouver mes sensations avec le Phénix.


En action sous le maillot du Phénix, contre le FC Coignères

En Centrafrique, il y a un joueur que je préfère, c’est Moussa Limane, que l’on surnomme “Hélico”. Je le connais personnellement, c’était un voisin de mon quartier. Il joue maintenant en équipe nationale et évolue à l’étranger, au Kaspyi FC, en 2e division du championnat du Kazakhstan. En juillet 2017, il a même été élu meilleur joueur de la saison. Il a dédié son trophée à la Centrafrique (1).


Moussa “Hélico” Limane

Mon équipe préférée, c’est le FC Barcelone.

Résultat de recherche d'images pour "FC Barcelone"

Au niveau international, le joueur qui m’a beaucoup impressionné, c’est Thierry Henry. Je voyais tous ces buts à la télé lorsque j’étais plus jeune. Je me souviens particulièrement de celui qu’il a inscrit en Coupe du monde contre le Brésil, en 2006, sur un coup-franc de Zinedine Zidane.

Résultat de recherche d'images pour "thierry henry bresil 2006"

Résultat de recherche d'images pour "thierry henry bresil 2006"Le but de Thierry Henry contre le Brésil en 2006

J’aime aussi beaucoup Xavi Hernandez, l’ancien capitaine de Barcelone. Quelqu’un qui joue d’abord pour l’équipe, et fait beaucoup de bonnes passes. Un joueur modèle, pour moi.


Xavi Hernandez, capitaine mythique du FC Barcelone

J’ai été transféré à Riec-sur-Belon en janvier dernier, je joue maintenant dans le club local, où j’ai une licence.

(1) «C’est avec grand honneur que je partage ce trophée de meilleur joueur du championnat avec toute la nation centrafricaine, sans distinction. Que tu sois chrétien ou musulman, on n’a qu’un seul pays. Laissons la haine, cultivons la paix pour que notre pays aille de l’avant» Moussa ‘Hélico’ Limane, 2017

 

Le Phénix, une équipe tout terrain

Avec deux matches en nocturne, le Phénix a vécu une fin d’année 2017 animée chez des adversaires dont le sens de l’accueil a réchauffé nos joueurs peu habitués à se confronter au froid.

Le 30 novembre, l’équipe se déplaçait à Rueil-Malmaison chez l’Association Sportive et Culturelle de BNP Paribas, un club inscrit en championnat FSGT (Fédération Sportive et gymnique du Travail). Une neige abondante, que certains voyaient pour la première fois, accompagnait le déplacement jusque dans la ville des Hauts-de-Seine et laissait craindre le pire pour le déroulement de la rencontre. Mais à l’arrivée à Rueil, coup de pouce du destin : les flocons cessèrent de tomber et la partie put se dérouler sur un terrain recouvert d’une fine pellicule blanche. Un match revigorant, où les footballeurs du Phénix, pourtant peu habités à jouer à 11 sur un grand terrain, firent preuve d’une cohésion enviable et d’une belle réactivité, comme en témoigne le score final (7-6, et la joie d’une courte victoire ajoutant au plaisir d’être là, avec des buts de Adel, Annour, Ismaël, Zaïnoul et Khalid).

Le match a donné lieu à un article bien documenté de l’hebdomadaire Toutes les Nouvelles de Versailles, déjà signataire par le passé d’un papier nous concernant.

À noter que l’appel au don sur Internet lancé il y a quelques semaines a permis d’offrir à une partie des joueurs bonnets, gants, collants etc, particulièrement bienvenus ce soir-là. Mais le Phénix manque encore d’équipements, dont des crampons, et fait appel aux bonnes volontés… et aux stocks non utilisés.

Le 14 décembre, le scénario climatique fut à peu près le même : pluie et vents à quelques dizaines de minutes du coup d’envoi, accalmie juste avant. Le Phénix visitait ce soir-là l’Association Sportive Versailles Jussieu pour la seconde fois, après un première rencontre en juin qui s’était achevée par une mémorable soirée dansante.

https://www.facebook.com/Association-Sportive-Versailles-J…/

Toujours aussi amicaux et bienveillants, nos hôtes ne firent pourtant pas de cadeaux sur le terrain, puisque six buts furent inscrits au Phénix, qui en rendit tout de même 4 au compteur. Une partie alerte, au rythme soutenu, qui se conclut par un verre de l’amitié autour de pizzas revigorantes. A noter la visite des joueurs du club de Coignères, rencontré il y a quelques semaines, en déplacement jusqu’à Jussieu pour nous apporter des jeux de maillots. Vraiment sympa.

Esprit sportif, fair play et engagement étaient au rendez-vous lors de ces deux soirées. Nos joueurs ont grandement apprécié l’accueil et la solidarité de nos hôtes. Merci à ces deux équipes et leurs dirigeants.

Le calendrier du Phénix s’annonce chargé dès cette rentrée pour le Phénix, puisque Trappes, la Celle-Saint-Cloud, le Mesnil ou Meudon vont nous recevoir (dates à déterminer).

À tous, ami(e)s, sympathisant(e)s, accompagnateurs et accompagnatrices, observateurs, joueurs, joueuses ou dirigeant(e)s, le Phénix souhaite une bonne année 2018, pleine de passes décisives et d’ouvertures magistrales.